La Chambre de commerce et d’industrie du Centre-Abitibi craint les impacts du redécoupage des commissions scolaires.

10 décembre 2014

 

La Chambre de commerce et d’industrie du Centre-Abitibi (CCICA) est inquiète de la proposition ministérielle voulant conserver seulement 2 commissions scolaires en Abitibi-Témiscamingue.

«Le gouvernement libéral ne donne aucun argument et tente d’imposer des décisions sans aucune consultation ou étude du dossier.» dénonce Normand Gauthier, président de la CCICA.

La Chambre croît que la disparition de la Commission scolaire Harricana (CSH) pourrait avoir des retombées très négatives sur le territoire.

 « Il ne faut pas oublier que la CSH dépense pour près de 11 millions de dollars auprès de fournisseurs locaux annuellement, c’est un montant considérable » souligne M. Gauthier. À ce titre, la politique d’achat local de la CSH explique un montant aussi élevé.

La CCICA souhaite que les élus prennent le temps d’évaluer les conséquences de leurs décisions pour les régions.

«Nous n’accepterons pas que des choix soient imposés sans se soucier des impacts qu’ils engendrent. Le gouvernement doit consulter les intervenants de notre milieu et cesser de considérer seulement les grands centres», termine Normand Gauthier.

 

©2018 Chambre de Commerce et d'Industrie du Centre-Abitibi • Contactez-nous • Catégories • Plan du site • Propulsé par GNAK.CA
Retour
Partager