Les chambres de commerce soutiennent les agriculteurs

18 juillet 2016

Abitibi-Témiscamingue, le 14 juillet 2016 - Les chambre de commerce de l’Abitibi-Témiscamingue s’inquiètent des conséquences de la décision de la Financière agricole du Québec (FADQ) d’abolir l’Assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA) dans les productions de maïs et de soya.

La FADQ avait demandé aux producteurs au cours des derniers mois de faire le choix entre deux mesures, l’ASRA et les programmes AGRI. Comme suite à cette annonce, près de la moitié des producteurs agricoles d’Abitibi-Témiscamingue s’étaient mobilisés à Rouyn-Noranda contre cette démarche.

« Afin de donner confiance à la relève pour qu’elle s’établisse en agriculture et pour maintenir l’agriculture d’habitation dans la région, il est essentiel de maintenir des programmes de stabilisation du revenu adéquats et efficaces » soutien Michel Therrien, président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Abitibi-Ouest. Les programmes AGRI, qui permettent aux agriculteurs de cumuler des sommes en période de prix élevé, deviennent inefficaces en période prolongée de faible prix. En abolissant l’ASRA, les agriculteurs sont privés d’un filet de sécurité nécessaire basé sur les coûts de production.

Cette décision a été prise sans étude d’impact et sans aucune modulation pour les différentes régions du Québec. « Toute modification des programmes de sécurité du revenu agricole pose des risques économiques pour des régions comme la nôtre, et ce, même pour les villes comme Rouyn-Noranda où l’agriculture n’est pas prédominante », souligne le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda, Jean-Claude Loranger. La décision de la FADQ inquiète également puisqu’elle ouvre une porte pour l’abolition du programme dans les autres secteurs qui sont encore assurés; d’autant plus que les producteurs de maïs et de soya risquent de se tourner vers des cultures assurables lorsque le prix des grains sera moins bon, ce qui rendra déficitaire l’ASRA pour ces programmes.

Enfin, cette décision de forcer le choix entre les AGRI et l’ASRA ne tient pas compte des recommandations émises en décembre 2014 par le Groupe de travail sur la sécurité du revenu en agriculture au Québec. Les chambres de commerce de l’Abitibi-Témiscamingue interpellent donc le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation pour qu’il : (1) mène une étude d’impact et adopte les dispositions nécessaires pour les régions et (2) tienne compte des recommandations de son Groupe de travail dans l’élaboration des politiques de sécurité du revenu.

- 30 -

Source :

Claudia Mercier

Directrice générale p.i., Chambre de commerce et d’industrie d’Abitibi-Ouest

Pour information :

Michel Therrien

Président, Chambre de commerce et d’industrie d’Abitibi-Ouest

Tél. : 819 333-9836

Normand Gauthier

Président, Chambre de commerce et d’industrie du Centre-Abitibi

Tél. : 819 732-8100

Alexandre Touzin et Mario Sabourin Coprésidents, Chambre de commerce Témis-Accord

Tél : 819 629-3355

Stéphan Ferron,

Président, Chambre de commerce de Val-d’Or

Tél. : 819 825-3703

Jean-Claude Loranger

Président, Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda

Tél. : 819 762-0966, poste 7241100

Jean-Sébastien Canuel

Président, Chambre de commerce et d’industrie de Malartic

Tél : 819 860-2007

©2018 Chambre de Commerce et d'Industrie du Centre-Abitibi • Contactez-nous • Catégories • Plan du site • Propulsé par GNAK.CA
Retour
Partager